Lettre d'information

Vivre à Danjoutin

Danjoutin



Carte d'identité

LeinzellDanjoutin est au cœur du développement sud de l’agglomération belfortaine. Traversée par de nombreuses voies de communication - A36, voies ferrées, routes départementales, voies vertes… -, la facilité des déplacements est un atout mais a nécessité de la part de la municipalité une adaptation constante pour offrir aux habitants de véritables alternatives aux modes de déplacement. Le plan de développement et d’aménagement durable de la commune décline le projet communal en cinq axes :

  • le maintien de la population existante et du potentiel d’accueil de nouveaux habitants
  • la restructuration de la commune autour de la rivière positionnée au centre des trois pôles administratif, commercial et de loisirs
  • la préservation et la valorisation de l’environnement et du cadre de vie
  • le service aux habitants
  • la réduction de l’impact automobile au profit de modes de déplacements doux et alternatifs

 

Département : Territoire de Belfort
Région : Franche Comté
Communauté de communes : communauté de l’Agglomération Belfortaine (CAB)
Circonscription législative : 1ère circonscription Belfort-Delle
Canton : Danjoutin (chef lieu de canton)
Altitude : 377 mètres
Superficie : 565 hectares
Forêts : 123ha 27a
Nombre d’habitants au recensement officiel de 1999 : 3445
Nombre d’habitants au recensement officiel au 1er janvier 2009 : 3636 (source INSEE)

PDF Imprimer Envoyer
 

Partie vivre à Danjoutin

Patrimoine

separation

Commune au passé historique remontant à l’époque gallo-romaine, Danjoutin possède un patrimoine essentiellement religieux. Quelques fermes rénovées et les bâtiments des usines locales témoignent du passé agricole et industriel des derniers siècles (filature et tissage, câblerie). Côté patrimoine naturel, la rivière » La Savoureuse « ainsi que les bois et forêts contribuent à structurer la commune et à maîtriser le développement de son habitat.

Le Blason de la communealt

« D’or, à deux loups d’azur passant l’un sur l’autre ».

M Camille Heidet, héraldiste local, a pu préciser les circonstances de l’attribution du blason à Danjoutin.
Ce blason a été donné par Louis XIV à Danjoutin par lettres patentes de décembre 1659 : «  Louis accorde au Duc de Mazarin, son ministre, le comté de Belfort avec armoiries « d’azur à trois jumelles d’or ». Par la même occasion, il donne des armoiries à plusieurs communes du Comté ayant aidé ses armées ».
Cinq ans auparavant, en 1654, le Maréchal de la Ferté ayant mis le siège devant Belfort, avait fait capituler le Comte de la Suze passé dans le camp des frondeurs, hostiles à Louis XIV.

Pourquoi deux loups sur le blason de Danjoutin ?
Offemont, Perouse et Danjoutin ont été trois villages ayant contribué à la réussite du siège. Le Maréchal de La Ferté avait décidé de faire ouvrir une tranchée malgré le froid et la neige de cet hiver 1653. La tranchée fut réalisée en deux endroits par les soldats aidés par les habitants de Danjoutin et Perouse, à pas de loups (sans bruit). La réalisation de cette tranchée eut un rôle certain pour l’issue victorieuse du siège.

Signification des couleurs
L’or signifie foi, force et confiance. Il rappelle le soleil. L’azur signifie les vertus de justice et représente loyauté, beauté, clarté, pureté, gentillesse et renommée.

 

PDF Imprimer Envoyer
 
Patrimoine culturel et historique


L'église Saint-Just
alt
L'église de Danjoutin tire l'origine de son nom des termes latins Dominus Justinus qui signifie saint Just. Le nom de la commune a d'ailleurs la même origine.
L'église Saint-Just a été construite vers 1771. Seule la base du clocher et l'actuelle chapelle rappellent cette origine. L'architecte Nasovsky lui donna son aspect actuel en 1930 en agrandissant la partie centrale par un vaisseau comportant une nef et deux bas-côtés. A cette occasion, l'église perdit son orientation est-ouest au profit d'une orientation nord-sud.

La fontaine Saint-Tiburce

alt

Alimentée par les sources du Bosmont, la fontaine Saint-Tiburce, située rue des Prés, était autrefois bordée de plusieurs lavoirs. Ouverte d'un seul côté, elle a été réalisée en grès des Vosges avec un toit en pierre. Tiburce était un soldat romain, fils d'un préfet de Rome guéri de la goutte par Sébastien. Entré avec son père dans la religion chrétienne, Tiburce fut martyrisé en 286. La mémoire locale raconte que la fontaine Saint-Tiburce était fréquentée par les personnes dont les enfants étaient affectés du dépérissement et par les personnes atteintes de maladie des membres, en particulier de la goutte.

Le buste Emile Heck

Né à Danjoutin en 1866, Emile Heck, professeur à l'université impériale de Tokyo au début du 20ème siècle, fut nommé en 1921 directeur de l'Ecole de l'Etoile du Matin, école tenue par des marianistes. alt
A sa mort en 1943, ses anciens élèves firent couler deux bustes en bronze, l'un resta à Tokyo, l'autre fut offert à sa famille qui l'installa dans le jardin familial, rue des Prés. Ce buste est l'oeuvre du sculpteur K. Takeiski.


La place du souvenir

Danjoutin a été fortement marquée par les guerres du vingtième siècle. La place du souvenir face à la mairie contient trois monuments aux morts regroupés en un même lieu.
Baptisée à l’occasion du soixantième anniversaire de la libération de 1944, la place du souvenir veut également garder la mémoire des martyrs déportés ou fusillés lors de la seconde guerre mondiale.

L'orgue Jacquot-Lavergne

En juin 2011, un incendie a détruit totalement l’orgue Jacquot-Lavergne situé en tribune dans l’église Saint Just. 

Le nouvel orgue a été construit par Denis Londe, facteur d’orgues de Frasnes les Meulières. 
L’orgue a pour dimensions une hauteur totale de 6 mètres, une largeur en partie haute de 3,10 m et de 2 m
en soubassement, sa profondeur est de 1,20 m. Il est d’inspiration baroque d’Allemagne centrale et a été
installé dans la nef, à proximité du chœur. Le buffet est en chêne.

L’association « Les Amis de l’Orgue de Danjoutin » a été créée pour organiser des animations culturelles. 
En partenariat avec la fédération Orgalie, des concerts sont organisés régulièrement.

  alt


 Fort des Basses Perches - Façade casernement

alt


Depuis 1999 la commune est propriétaire du fort des Basses Perches qui fait partie de la ceinture fortifiée de Belfort construite par le général Séré de Rivières.
La colline des Perches qui domine la commune de Danjoutin et la ville de Belfort, fortifiée depuis 1815, est équipée de deux forts dont celui des Basses Perches, situé à l’extrémité sud. Le fort a été construit de 1874 à 1876 à l’emplacement d’un fort achevé en 1870.
Fort clef de la défense de Belfort, ainsi que la pente sud-est de la colline des Perches il a joué un rôle important lors des derniers jours du siège 1870-1871 de Belfort.
Outre son intérêt historique, il présente des attraits touristiques. Un sentier de grande randonnée traverse le site qui bénéficie d’une belle vue sur les montagnes du Jura, le château de Belfort et la chaîne des Vosges.
Un accès depuis Belfort est possible par la rue des Perches et depuis Danjoutin par la route de Vézelois.
Le fort n’est pas ouvert au public mais des visites limitées sont possibles. Contacter la mairie pour un rendez vous éventuel.
La commune, associée à un groupe de bénévoles a procédé à des travaux de mise en sécurité et de rénovation partielle et continue de s’y investir en prenant appui sur un chantier d’insertion.

Lien : fortbassesperches.com

Fort des Basses Perches - Vue sur la citadelle de Belfort

alt

  • Construction
    Le fort actuel dit « à cavalier » possède des positions à ciel ouvert pour l’artillerie d’action lointaine et l’artillerie de défense rapprochée. Une deuxième particularité consiste en la technique de défense du fossé.
  • Capacité
    En temps de guerre, garnison d’environ 180 hommes.
  • Armement
    Prévu pour une vingtaine de canons
  • Intérêt stratégique
    Protection du château der Belfort et surveillance des voies d’accès venant du sud et de l’est.

Travaux

  • Débroussaillage et nettoyage du site par un groupe de bénévoles depuis le 1er mai 2002
  • Entourage du site par une clôture pour limiter les accès au fort ente 1999 et 2000
  • Rénovation de la façade nord du tunnel d’accès aux casernements par une entreprise d’insertion en 2003
  • Remise en état du mur de l’enceinte, la façade sud du tunnel d’accès et une partie de la façade des casernements par une entreprise en cours

PDF Imprimer Envoyer
 
Patrimoine forestier

Notre patrimoine forestier comprend la forêt communale soumise au régime forestier par une décision ministérielle de 1850 et une surface boisée comprenant le fort des Basses Perches.


La forêt communale

La forêt comprend trois parties :

  • le canton du Bosmont à l’est de la Savoureuse (60 ha) ;

  • le canton du Grand Bois l’ouest de la Savoureuse (60 ha 34 a) ;

  • le canton du Pâquis entre les deux principaux cantons et situé au bord de la Savoureuse (2 ha 93 a).

La forêt a été soumise au régime forestier par une décision ministérielle datant de 1850, fixant la contenance à 154 ha 97 a. Après de nombreuses distractions et quelques soumissions la contenance actuelle de la forêt communale est fixée à 123 ha 27 a.

Notre commune adhère à l’Association des Communes Forestières du Territoire de Belfort et s’est engagée dans le Processus Européen des Forêts Certifiées (certification de la gestion forestière durable). Nous nous engageons ainsi à reboiser avec des essences adaptées toutes les coupes que nous effectuons. La forêt est gérée par l’Office Nationale des Forêts (Monsieur MOUHAT – 03.84.22.46.68).

Liens circuits de randonnées : foretsdanjoutin.wordpress.com
                                                 fortbassesperches.com

Le bois des Perches

La colline des Perches, située au nord de la commune comprend un terrain partiellement boisé. L’ancien terrain militaire propriété de la commune depuis 1999 de 6 ha 30 a comprend le fort des Basses Perches dont l’emprise est de 2 ha 11 a.
La forêt ainsi que le bois des Perches sont situés à proximité de l’agglomération Belfortaine et fréquentés par de nombreux promeneurs et sportifs. La fréquentation la plus importante concerne le canton du Bosmont où se trouve un ancien fort avec une espace aménagée. Le fort, accessible à pied à partir d’un parking route de Vézelois, est le départ d’un parcours sportif d’environ 3 km. Le bois de la Perche est également accessible par un sentier à partir de la route de Vézelois et par la rue des Perches à Belfort.

Le Pâquis
alt

Le secteur du Pâquis est un élément central de l’équilibre communal. Situé à proximité de la savoureuse et au bord de la piste cyclable départementale, le bois du Pâquis fait l’objet d’une gestion particulière. Après l’avoir assaini, nous l’avons inclus dans un parc urbain organisé autour d’une piste de course en écorce d’une longueur de 8OO mètres, de pelouses entretenues, d’agrès de loisirs, de tables de pique-nique et d’un terrain stabilisé voué aux jeux sportifs.

 

 

 


 


 



PDF Imprimer Envoyer
 


Bannière